logo

 

Il faut prendre le blé comme qu'il croît, et puis le temps comme qu'il vient. 

 

 

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

 


BIENVENUE À ASNIÈRES-LÈS-DIJON !

 

Quelques mots pour vous présenter Asnières-lès-Dijon dans ses grandes lignes.



Notre commune se situe au nord de Dijon, à environ trois kilomètres.



Elle s'étend entre deux axes routiers, la RD 974 (de Langres à Dijon) et la RD 903 (d'Is-sur-Tille à Dijon).



Asnières fait partie du canton de Fontaine-lès-Dijon et de la Communauté de Communes Val de Norge qui compte neuf autres villages.



Son église est consacrée à Notre-Dame-en-sa-Nativité. Son chœur est roman (xiie siècle). Sa nef serait du xiiie siècle, mais le portail est nettement plus récent (xve ou xvie siècle).



Asnières est une petite commune dynamique, aux portes de Dijon, mais qui veille à préserver son caractère villageois.



De nombreuses activités municipales et associatives rythment sa vie et sont devenues au fil du temps des rendez-vous incontournables (voir ci-contre).



Vous pourrez, en consultant les différentes rubriques proposées, découvrir la vie du village, son histoire, sa géographie, sa culture et son patrimoine, son environnement, ses particularités, etc., tout ce qui fait la richesse de notre commune et de ses habitants.

 

 

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

 

 

LA POÉSIE DU MOIS

 

 

Un scintillement d’or frisèle sur les blés

Dodelinant tout doux au souffle de la brise

Qui délite la terre en une poudre grise,

Impalpable et cendreuse au cœur noir de l’été ;

De l’été si ardent qu’il en dévore tout,

Imprégnant les entours d’une odeur un peu âcre,

Amère et calcinée. Et le grand ciel de nacre

Penché sur le plateau immisce un peu partout

Sa chaleur embrasée. L’été est accablant.

L’air est tellement chaud qu’il vibre, halète et tremble

Sur les blés rutilants qui oscillent ensemble

En lents tourbillons d’or sur un tempo très lent.

Les blés dansent en chœur avec un doux frou-frou,

Penchant à l’unisson leur lourde tête blonde,

Et le grand vent du Sud tournoyant à la ronde

Les fait valser lento sur le grand plateau roux,

Les courbant lentement, les faisant ondoyer,

Brimbaler en douceur… Des oiseaux noirs s’envolent

De ce flux qui balance en longues vagues molles

Jusqu’à l’horizon blanc pour aller s’y noyer.

 

 

Vette de Fonclare (1937)


 

   

 

 

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

 

 

QUELQUES DICTONS DE JUILLET

 

 

À la pleine lune de juillet, en tout pays la moisson.

 

Année de groseilles, année de bouteilles.

 

Arc en ciel du matin, l'eau est en chemin.

 

Brume de mer, c'est la chaleur qui couve.

 

Chaud juillet sur frais juin, peu de blé mais bon vin.

 

De juillet la chaleur, fait de septembre la valeur.

 

Été brûlant fait lourd froment.

 

En juillet mois d'abondance, le pauvre a toujours sa pitance.

 

 

 

 ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

 

JUILLET

 

 Dans le calendrier républicain : Thermidor

Zodiaque : Cancer (du 1er au 22), Lion (du 23 au 31)

Ange du mois : Verchiel

Arbre du mois : chêne

Fleurs du mois : lys et pâquerette

Animal du mois : cerf

Oiseau du mois : aigle

Métal du mois : or

Pierres du mois : rubis et cornaline


   Source : L'almanach sorcier

 

Avant l'an 716 de Rome (38 avant J.-C.), le mois s'appelait Quintilis (puisque c'était le cinquième mois sur les dix que comptait alors le calendrier). À l'occasion de la réforme qui eut lieu en l'an 716, et sur proposition du consul Antoine, il fut décidé de renommer le mois Julius, en hommage à Jules César.

 

PETITES SUPERSTITIONS

 

La personne qui réussit à éteindre d'un seul souffle toutes les bougies de son gâteau d'anniversaire peut faire un vœu ; celui-ci se réalisera, à condition de n'être dévoilé à personne.

Selon une ancienne croyance, avoir trois lampes ou trois bougies allumées en même temps dans une maison porte malheur.

Parce qu'elle a refusé d'entrer dans l'Arche de Noé, la pie a la réputation d'être un oiseau maléfique. C'est pourquoi il vaut mieux la traiter avec bienveillance.

Pour les Indiens, se mordre la langue signifie qu'on doit s'attendre à de bonnes nouvelles.

 

 

légendes et traditions dE JUILLET

 

Juillet, c'est le mois des travaux des champs et des récoltes dans de nombreuses régions (la fenaison, la moisson).

C'est aussi le mois des orages violents qui, selon une légende, auraient été inventés par le diable. Et pour apaiser les frayeurs qu'ils causaient aux populations, Dieu décida d'inventer les éclairs, qui sont censés les prévenir d'avance afin qu'ils aient le temps de se signer.

Au dimanche le plus proche du 7 juillet, avait lieu à Douai une fête dite du « Gaïent ». Elle consistait à promener à travers les rues un mannequin géant fait d'osier. Ce personnage pouvait atteindre la hauteur de 8 à 10 mètres et il était mû par un système de poulies et de cordes manipulés par des hommes dissimulés sous l'énorme automate. La procession comptait également les autres membres de la « famille » du Gaïent, soit sa femme et ses trois enfants, Jacot, Filliou et Binbin, ainsi qu'une sorte de fou qui caracolait autour d'eux.

À Comines, on célébrait le 3 juillet la fête des « louches à pots », qui consistait en diverses réjouissances, au cours desquelles on jetait au peuple des cuillers en bois. Cette fête serait la commémoration d'un fait divers qui se produisit entre deux seigneurs du pays. L'un d'eux fut un jour traîtreusement capturé par le sire de Comines, qui le fit garder secrètement dans son château pendant des années. Un jour, alors que des membres de la famille du captif passaient sous une fenêtre du château, ils furent surpris de voir tomber à leurs pieds une cuiller d'argent marquée aux armes de leur famille. Soupçonnant la vérité sur le sort du gentilhomme disparu, ils rassemblèrent leurs vassaux et leurs amis pour attaquer le château et délivrer le captif.

Jusqu'à l'an 1670, au jour de la Saint-Thibaut, les jeunes gens et les jeunes filles de la ville de Provins se rassemblaient devant l'église pour danser ; ensuite, on leur distribuait, du pain, des cerises et une tarte, et la troupe se rendait ensuite devant le palais des comtes. Le but de la fête était de démontrer que le saint patron était bien un membre de la famille des anciens comtes.

 

le mois dE JUILLET dans l'histoire

Le 14 juillet, fête nationale depuis 1880

Édifiée au xive siècle, la forteresse de la Bastille fut transformée en prison d'État par Richelieu. Elle « hébergea » des gens célèbres tels que Bernard Palissy, Fouquet après sa disgrâce, Voltaire, le Marquis de Sade, l'énigmatique Masque de Fer, et, enfin, jusqu'à la reine Marie-Antoinette.

On pouvait y être enfermé sans procès, par une simple « lettre de cachet ». C'est donc plus en tant que symbole de l'arbitraire royal que pour les prisonniers qu'elle contenait qu'elle fut assiégée et prise le 14 juillet 1789. Rasée en 1790, elle a été remplacée par la Colonne de juillet surmontée du fameux « Génie ».

 

8 juillet 1798

André-Jacques Garnerin quitte le sol du Parc Monceau à bord d'un ballon gonflé à l'air chaud, accompagné d'une femme. L'aérostier effectue un vol sans incident et se pose 30 km plus loin, à Goussainville.

André-Jacques Garnerin est aussi considéré comme l'inventeur du parachute.

 

14 juillet 1902

À 10 h du matin, le campanile de l'église Saint-Marc de Venise s'écroule. Il semblerait que la catastrophe ait été le résultat d'un affaissement des fondations provoqué par l'action des eaux.

Érigé auixe siècle, l'édifice, haut de 98 mètres, était surmonté d'une gigantesque statue d'ange aux ailes en or qui datait de 1517.

 

17 juillet 1429

Charles VII est sacré à Reims par son chancelier, l'archevêque Renaud de Chartres.

Organisé dans l'urgence, ce couronnement constitue l'aboutissement des efforts de Jeanne d'Arc pour reconquérir le royaume laissé aux mains des Anglais quelques années plus tôt.

Présente dans la cathédrale lors du sacre, Jeanne d'Arc porte fièrement l'étendard qui l'avait accompagnée durant sa longue marche.

 

 

PETITES SAGESSES INDIENNES

Le singe n'a jamais autant l'air d'un animal que lorsqu'on l'affuble de vêtements d'homme.

Lorsque la parole sort du cœur, elle pénètre les cœurs, mais lorsqu'elle sort de la langue, elle ne dépasse pas les oreilles !

 

 ______________________________ 

 

Dernière mise à jour le jeudi 21 juillet  2016.

 

 

 

 

Nos Communes

Ruffey.jpg

News


(c) Communauté Communes VAL DE NORGE 2013 - Pour nous contacter cdc-val-de-norge@wanadoo.fr